Temps de lecture : 10 minutes

Dès lors que l’on parle du phénomène OVNI, les « croyants » sont moqués, mis en marge d’une société qui leur demande des preuves irréfutables. L’heure de la grande révélation serait-elle proche ? Une analyse menée par François Mattens, passionné de la question et membre de la Société des explorateurs français. 

Scène du film « Rencontre du Troisième type » de Steven Spielberg, 1977.
© REX/Shutterstock

Comme souvent lorsqu’il s’agit d’ovnis, les révélations apportent plus de questions que de réponses. Ce dernier épisode, qui s’étale de 2004 à 2020, ne fait pas exception en dépit des images, des déclassifications de documents et, pour la première fois de l’Histoire, une reconnaissance officielle du phénomène OVNI par le gouvernement américain. 

Canular, programme secret de développement, mission d’espionnage ou visite d’une intelligence extra-terrestre ? Retour historique et analyse d’un sujet qui passionne l’Homme autant qu’il intrigue depuis qu’il a commencé à lèver les yeux au ciel.

Les grandes étapes de prise de conscience du phénomène OVNI

  • L’affaire Roswell, le point de départ

Le 2 juillet 1947, dans la petite bourgade de Roswell au Nouveau-Mexique, Mac Brazel, un fermier découvre d’étranges débris sur son terrain qu’il s’empresse de ramener chez lui. Le lendemain, il prévient le Sheriff de la ville pour lui présenter sa découverte. Tout aussi dubitatif quant à l’origine de ces morceaux métalliques, ce dernier alerte le bureau local de l’Armée de l’air dont une base se trouve à proximité de la ville. Le major Jesse Marcel se rend sur place pour récupérer les débris. Dès le lendemain, les premières rumeurs circulent : sur le site supposé du crash, les militaires auraient retrouvé des vestiges d’une soucoupe volante – la terminologie « OVNI » n’existant pas encore à l’époque – et des corps. Plusieurs témoins affirment avoir aperçu des objets volants quelques jours auparavant.

Le 8 juillet marque un tournant : Walter Haut, officier communication du 509th Bombardment group de l’US Air Force basé à Roswell publie un communiqué de presse qui confirme la récupération d’un « disque volant » qui s’est écrasé à proximité d’un ranch. Quelques heures plus tard, un second communiqué de presse précise que cet objet n’était finalement… qu’un ballon météo. Le lendemain, le fermier revient sur son témoignage initial pour confirmer la version de l’engin météorologique. Il n’en fallait pas plus pour que naisse le mythe de Roswell, sujet de fascination encore aujourd’hui.

  • Le projet Blue Book, première tentative de discrédit

Les premières observations – déclarées comme telles – d’ovnis commencèrent à la fin de la Seconde Guerre mondiale notamment par des pilotes de chasse américains. Dès 1947, l’US Air Force lança le projet Sign qui devait étudier la réalité ou non de ces phénomènes ; il fut rapidement rebaptisé projet Grudge en 1949. En 1951, une très importante vague d’ovnis est signalée à travers les États-Unis. Sous la pression d’une partie de l’opinion publique, le Département de la Défense relance un programme d’investigation avec davantage de moyens, notamment suite au survol massif d’ovnis au-dessus de Washington D.C[1] qui obligera pour la première fois un officier supérieur américain à faire une conférence de presse télévisée.[2]

En 1952, le projet Blue Book voit officiellement le jour. Sous la forme d’une commission composée de militaires, d’experts et d’universitaires, son objectif est d’étudier et d’enquêter sur le « phénomène OVNI ». En 1968, après 17 années d’investigation, l’US Air Force publie, par le biais de l’Université du Colorado, le Rapport Condon concluant « que l’étude des ovnis durant ces vingt et une dernières années n’a rien apporté à la connaissance scientifique [et] que d’autres études approfondies des ovnis ne peuvent probablement pas se justifier par l’espoir qu’elles pourraient faire progresser la science ».

Le 17 décembre 1969, le Secrétaire de l’Armée de l’Air décide d’arrêter officiellement les travaux de la commission Blue Book. Au total, ce sont 12 618 observations qui ont été rapportées à cette commission dont 701 resteront « non identifiées ».[3] Circulez, il n’y a plus rien à voir. « Le projet Blue Book engendra un tabou au sein du Pentagone sur le sujet, qui perdure encore aujourd’hui » rapporte Christopher Mellon, ancien Secrétaire d’État adjoint pour le renseignement.[4]

  • Allen Hynek, le sceptique devenu convaincu


Afin de gagner en crédibilité scientifique et donner des gages d’impartialité, l’US Air Force avait confié le pilotage de cette commission à Josef Allen Hynek, professeur d’astronomie à l’Université de l’Ohio et l’Université Northwestern. « OVNI Sceptique », Hynek estimait alors que toutes ces apparitions allaient s’expliquer par des confusions, des canulars, des phénomènes naturels ou des avions. En 1948, il déclarait même que « ce sujet entier semble ridicule et qu’il s’agit d’un phénomène de mode qui s’éteindra bientôt. »[5].

Cependant, après des années d’investigations et des centaines de témoignages, il commença à douter jusqu’à déclarer qu’ « en tant que scientifique, je dois être conscient du passé ; trop souvent, des sujets d’une grande importance scientifique ont été négligés car le nouveau phénomène sortait de la norme scientifique du temps. ». En 1969, malgré la fin du projet Blue Book, il continua cependant ses recherches pour le compte de diverses associations jusqu’à prendre la parole le 27 novembre 1978 devant l’Assemblée Générale de l’ONU pour plaider une meilleure étude de ces phénomènes.[6] 

En 1985, un an avant sa mort, à la question de savoir pourquoi il avait changé sa perception concernant le sujet des ovnis, il déclara : « Deux choses, en fait. La première était l’attitude complètement fermée de l’Air Force. Ils ne donnaient pas aux ovnis une chance d’exister, même s’ils volaient au-dessus d’une rue en plein jour. Tout doit avoir une explication. Je commençais à m’énerver, même si, à l’origine, je ressentais la même chose qu’eux, je savais maintenant qu’ils n’étaient pas sur la bonne voie. Vous ne pouvez supposer qu’une chose n’existe pas si vous n’avez pas de preuve. Deuxièmement, la qualité des témoins a commencé à me troubler. Quelques cas ont, par exemple, été rapportés par des pilotes militaires, et je savais qu’ils avaient été bien entraînés, c’est donc là que pour la première fois, j’ai pensé que peut-être, il y avait quelque chose derrière tout cela. »[7] 

On lui doit le système de classification des observations d’ovni[8] qui fait référence encore aujourd’hui. Anecdote amusante, il sera le conseiller technique de Steven Spielberg lors de la réalisation du célèbre film « Rencontres du troisième type » sorti en 1977 où on le voit apparaitre dans son propre rôle lors de la scène finale.

Une image contenant personne, homme, bâtiment, debout

Description générée automatiquement
Le Pr. Allen Hynek jouant son propre rôle dans « Rencontre du Troisième type » de Steven Spielberg, 1977.
© Amblin Entertainment

  • Et la France dans tout ça ?

La France quant à elle, décide officiellement d’étudier les ovnis à partir de 1977, sous l’égide du CNES, par la création du Groupe d’étude des phénomènes aérospatiaux non-identifiés (GEPAN) avec pour premier directeur Claude Poher, qui avait croisé la route du Pr. Hynek quelques années auparavant. Après plusieurs changements de dénomination, il deviendra à partir de 2005, le GEIPAN avec un « I » pour Informations. Après signalements via les services de police et de gendarmerie ou directement sur le site du GEIPAN, les experts investiguent. Au total, depuis sa création, ce sont 2839 cas analysés dont 3,5% représentent des Phénomènes Aérospatiaux Non Identifiés de type D dits « PAN D ». Ces derniers correspondent à des enquêtes qui n’ont pas permis d’avancer une explication aux observations rapportées, malgré la qualité et la consistance des données et des témoignages. Ce sont, au vrai sens du terme, des « phénomènes aérospatiaux non identifiés ».[9]

Mais c’est en 1999 que le sujet des ovnis va faire une entrée fracassante dans le début public avec la publication du Rapport COMETA. Présidé par le Général Denis Letty, ancien pilote de chasse, l’association homonyme (acronyme du Comité d’Études Approfondies, communément appelé le COMETA) rédige un rapport d’une petite centaine de pages préfacé par le Pr. André Lebeau, ancien directeur du CNES, et par le Général Bernard Norlain, ancien directeur de l’IHEDN, dont beaucoup de membres de l’association sont issus. Un de ses membres, Jean-Jacques Velasco, par ailleurs ancien directeur du GEIPAN, ira jusqu’à remettre le document en main propre au Premier ministre de l’époque, Lionel Jospin, bien que ce dernier n’ait rien commandité. Ce « coup » ayant un écho médiatique très important, le rapport sera publié sous le titre « Les OVNI et la Défense : À quoi devons-nous nous préparer ? »[10]. Les auteurs concluent à la réalité physique quasi-certaine d’objets volants totalement inconnus et que l’hypothèse extraterrestre leur paraît la plus probable. Bien que les conclusions des auteurs soient contestées et difficiles à démontrer encore aujourd’hui, cette publication aura permis de sortir le débat des cercles de quelques « illuminés » et de montrer à l’opinion que des hauts responsables et experts scientifiques, bien qu’en retraite, pouvaient mener une réflexion dans ce domaine.

Une autre démarche associative est à signaler. Présidée par Luc Dini, la Commission Technique SIGMA2 de la 3AF a vu le jour en 2008 pour étudier les Phénomènes Aérospatiaux Non Identifiés (PAN). Elle regroupe des universitaires, ingénieurs, militaires et même des astronautes. Depuis 2013, elle se concentre principalement sur l’étude des PAN D dont elle diffuse parfois ses analyses des derniers cas. Son travail est coordonné avec celui du GEIPAN en France et d’autres organismes à l’étranger. 

Des observations documentées et officiellement reconnues

  • Épisode 1 : 16 décembre 2017

« Mon Dieu (…) regarde ce truc mec ! », peut-on entendre à la radio d’un pilote du F/A-18F de l’US Navy. Dans cette vidéo qui a fuité sur internet en décembre 2017, on peut y voir un objet ovale blanchâtre ressemblant à un « tic-tac » géant, de la taille d’un fuselage d’avion commercial, poursuivi par deux chasseurs de l’US Navy du porte-avions Nimitz au large des côtes de San Diego lors d’exercices en 2004. Dans le compte-rendu de mission, on y apprend que l’objet a été capable de « jouer » avec les appareils et de se déplacer de 100km en 1 minute soit à une vitesse de 6000km/h. 

Deux autres vidéos intitulées Gimbal et Go Fast ont été tournées le 21 janvier 2015 et proviennent des enregistrements de F/A-18 Super Hornet de l’USS Théodore Roosevelt au large de Jacksonville. Les pilotes filment alors une forme lumineuse ovoïde, tournant sur elle-même, se déplaçant à grande vitesse. Quelques mois plus tard, une fois à la retraite, le commandant David Fravor, l’un des deux pilotes, ira sur CNN pour raconter ce qu’il a vu.[11]

Ces vidéos rares et certainement confidentielles, ont été mises en ligne par l’organisation To The Stars Academy of Arts & Science fondée par le musicien Tom DeLonge du groupe Blink 182 et dédiée à la recherche sur les phénomènes ufologiques. Lors de la divulgation de ces images, l’US Navy ne reconnait pas être à l’origine de ces vidéos et évoque alors de possibles drones commerciaux. 

Mais ces fuites, plus ou moins consenties, provoquent d’autres révélations quelques jours plus tard. Dans un article très bien informé[12], le New York Times affirme que depuis 2007, le Département de la Défense a dépensé quelques 22 millions de dollars pour un programme d’identification sur les phénomènes OVNI appelé Advanced Aerospace Threat Identification Program (AATIP). Sous la direction d’un cadre du renseignement militaire, Luis Elizondo, et ce jusqu’en 2012, le Pentagone a mené des investigations sur les objets volants non identifiés. Malgré un arrêt des crédits alloués, le programme a continué d’exister durant les cinq dernières années. Les responsables du programme ayant poursuivi leurs enquêtes de leur propre initiative.

Ces révélations ont été depuis confirmées par Harry Reid, à l’époque leader de la majorité démocrate au Sénat, qui a lui-même plaidé pour le lancement de ce programme et débloqué des fonds secrets. Une grande partie de ce budget a alors été attribuée à Robert Bigelow, milliardaire à la tête de la société Bigelow Aerospace qui travaille actuellement avec la NASA pour produire des engins pour la colonisation humaine de l’espace. Harry Reid, maintenant retraité, assume ce programme et confirme son bien-fondé : « ces phénomènes sont-ils une menace ? Je n’en sais rien. Mais nous ne pouvons pas détourner la tête comme s’ils n’existaient pas, car ils existent. »[13]

  • Épisode 2 : Avril 2019

L’US Navy reconnait pour la première fois avoir reçu de nombreux témoignages d’obversations d’ovnis issus de hauts responsables du renseignement ainsi que de ses pilotes. En conséquence, elle est en train de rédiger des directives pour que ses pilotes et personnels puissent signaler des rencontres avec des « aéronefs non identifiés ».[14] 

En créant un processus formel pour collecter et analyser les observations inexpliquées, une nouvelle étape très importante est franchie. Elle permet de briser un tabou qui oblige les militaires en fonction témoins de ces phénomènes, à choisir entre le silence et remettre en question leur carrière. Les ovnis sont traités comme des anomalies à ignorer alors qu’elles devraient être des anomalies à analyser. Ces directives pourraient désormais libérer la parole au sein des armées et faire jurisprudence dans d’autres administrations voire d’autres pays, à l’instar du Japon en mai 2020.

  • Épisode 3 : Décembre 2019 – Avril 2020

Après avoir officiellement reconnu la véracité de ces images en décembre 2019, le Pentagone reconnait en avril 2020 qu’elles lui appartiennent puis, quelques semaines plus tard, déclassifie des documents liés à ces observations. Les responsables du ministère de la défense ont décidé de diffuser ces vidéos après avoir déterminé qu’elles « ne révèlent aucune capacité ou système sensible, et n’empiètent pas sur les enquêtes ultérieures sur les incursions militaires dans l’espace aérien par des phénomènes aériens non identifiés » selon les mots de la porte-parole du Pentagone, Sue Gough, dans un communiqué. Elle ajoute que « le ministère de la défense publie ces vidéos afin de dissiper toute idée fausse du public sur la réalité ou non des images qui ont circulé, ou sur le fait que les vidéos ne sont pas complètes. Les phénomènes aériens observés dans les vidéos restent caractérisés comme « non identifiés »« . Les mots ayant certainement été pesés avec précision, on notera que le mot « phénomène » est préféré à celui d’« objet ». Cette subtilité sémantique autorise encore la possibilité de douter de la présence avérée d’un objet physique. 

  • La confirmation de phénomènes déjà observés

Ces événements de 2004 et 2015 – avec des témoins visuels, des vidéos et des échos radars – mettent en évidence un phénomène qui « interagit » avec les avions en cherchant à fuir la poursuite et donc mû par une intelligence. Ils viennent confirmer de nombreux autres cas à travers le monde alors analysés par l’Advanced Aerospace Threat Identification Program(AATIP) et répondant tous à des caractéristiques identiques appelées Obervables : 

  • Antigravitation : capacité à voler sans moyen apparent de propulsion ou d’élévation ;
  • Accélération instantanée : capacité à atteindre une vitesse élevée dans un laps de temps réduit, passant de 0 à plusieurs fois la vitesse du son ;
  • Vélocité hypersonique : vitesse pouvant aller jusqu’à 12 fois la vitesse du son (15 000 km/h) ;
  • Faible observabilité : capacité à se dissimuler ou disparaître ;
  • Déplacement inter-milieux : capacité à se mouvoir dans l’air, l’espace et l’eau.

Ce fut le cas en avril 2013, lors d’un épisode qui n’a pas encore trouvé d’explication aujourd’hui et qui a pu être filmé : un ovni est aperçu par un avion de patrouille américain qui le détecte aux abords de l’aéroport d’Aguadilla à Puerto Rico. On y voit alors l’objet volant pénétrer dans l’eau (sans provoquer de vagues) tout à en continuant de se mouvoir rapidement (déplacement que l’on peut suivre grâce à sa signature thermique), puis semble ressortir de la mer pour se séparer en deux et subitement disparaître. Après plusieurs mois d’enquêtes, le gouvernement américain n’a toujours pas pu officiellement déterminer la nature de ce phénomène.

De récentes révélations qui nous préparent pour le futur ?

Ces récents épisodes et leurs révélations marquent un tournant concernant le phénomène OVNI. Pour la première fois de l’histoire des États-Unis, l’armée admet officiellement qu’il n’est plus nécessaire de garder ces investigations secrètes. Un petit pas de communicants qui présage un pas de géant pour l’humanité ?

Au-delà de l’opération de communication de décembre 2019, la divulgation du programme serait-elle une nouvelle étape d’une stratégie visant à préparer et habituer la population à une plus grande révélation ? Luis Elizondo, ancien directeur d’AATIP, a confirmé cette théorie lors du MUFON Symposium de 2018 : « je pense que la divulgation a déjà été faite. Ce n’est pas un événement en soi, mais un processus qui commence ».[15]

Quand on parle du phénomène OVNI, il est aisé de tomber dans l’irrationnel et d’avoir une vision manichéenne du sujet. Cependant, l’ambition n’est pas tant de trouver des réponses que de s’interdire aucune piste de réflexion.

  • Paradoxe de Fermi, une théorie qui nous ramène sur terre

Il y a plus d’exoplanètes potentiellement habitables dans l’univers observable qu’il n’y a de grains de sable sur l’ensemble des plages de la terre.[16] Statistiquement, il y a donc de grandes chances que la vie extraterrestre existe. Pourquoi diable ne s’est-elle pas encore manifestée à nous directement ? C’est le problème que pose le paradoxe de Fermi, une réflexion sur la place de l’Homme dans l’Univers.[17]

Prix Nobel de physique en 1938, Enrico Fermi contribue au projet Manhattan pour doter les États-Unis de l’arme atomique. A partir des années 1950, le physicien se lance dans un calcul un peu fou : estimer le nombre potentiel de civilisations intelligentes capables d’entrer en contact avec la Terre. A sa grande surprise, ce chiffre est très important. Ce qui engendre une seconde interrogation : pourquoi ne nous ont-ils pas encore contacté ?

Ainsi selon ces calculs, il faudrait environ 100 millions d’années pour qu’une civilisation, capable d’atteindre une fraction non négligeable de la vitesse de la lumière, ait visité toutes les étoiles de notre galaxie. Compte tenu de la dépense d’énergie nécessaire et de la finitude des ressources, cette théorie conclut que l’apparition d’une civilisation technologiquement avancée est peu probable ou du moins qu’elle disparaîtrait avant  même de pouvoir se lancer dans le voyage interstellaire. Enfin, compte tenu de l’âge de notre planète – 5,5 milliards d’années – la Terre devrait avoir été colonisée bien avant l’apparition de l’Homme. 

Cette théorie exclut elle donc tout contact ? Une approche alternative est envisagée par d’autres chercheurs qui supposent que des intelligences avancées sont déjà là mais qu’elles ne se montrent pas afin d’éviter un choc civilisationnel. Elles seraient donc là, à nous observer ponctuellement.

  • La théorie du vivarium terrestre

Le nucléaire semblerait avoir un lien étroit avec le phénomène OVNI. On dénombre un peu plus de 500 essais nucléaires réalisés sur terre depuis la découverte de la puissance destructrice de l’atome. Durant la Guerre Froide, plusieurs silos de missiles balistiques à charge nucléaire ont mystérieusement été totalement désactivés pendant de longues minutes, au moment même où des ovnis étaient observés par les militaires eux-mêmes.

Le cas le plus documenté est celui de la base de Malmstrom dans le Montana en 1967.[18] Entre 1960 et 1961, on estime que les Américains et Soviétiques auraient effectué un essai nucléaire tous les 3 jours ! Comme le rapporte Jean-Jacques Velasco, ancien directeur de GEIPAN, « en analysant les observations et rapports depuis 1949, les experts ont remarqué un lien étroit entre les observations d’ovnis, la localisation de sites nucléaires (essais, bases de lancement, bases aériennes, etc.)[19] et les zones de test. En superposant ces observations, on constate une similitude des courbes, avec un décalage d’un à deux ans. Dès lors que nous sommes capables de détecter des explosions d’étoiles ou de trou noirs à plusieurs dizaines d’années lumières, pourquoi une intelligence beaucoup plus avancée que nous ne serait-elle pas en mesure de détecter des explosions nucléaires sur terre ? »[20]

Une image contenant texte

Description générée automatiquement
© « Ovnis, une affaire d’État » de Dominique Filhol, 2019

Une autre étude mathématique réalisée en 2015 par des chercheurs français a montré qu’il y avait une significativité statistique importante entre la répartition des phénomènes inexpliqués, les centrales nucléaires et les sites de stockage de déchets.[21] Cette étude ne détermine cependant pas si ces phénomènes inexpliqués sont dus à des activités de surveillance étrangère ou autre.

Selon cette théorie, la Terre serait un vivarium et nous serions des fourmis qu’une intelligence supérieure viendrait ponctuellement observer, tester, évaluer. Mais alors, pourquoi cette intelligence qui nous visite autant depuis plusieurs décennies n’a-t-elle pas encore noué un dialogue avec notre civilisation ?

  • La théorie du contrôle et de l’apprentissage

Grâce aux déclassifications successives des archives et des études scientifiques, on peut désormais identifier plusieurs vagues massives d’observations relativement peu nombreuses depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Elles ont souvent eu lieu sur de vastes régions du globe (États-Unis, continent européen, etc.), durant plusieurs jours ou semaines, avec des centaines voire des milliers de témoins. Jacques Vallée, astronome et écrivain français de science-fiction, qui a notamment travaillé plusieurs années avec Allen Hynek puis avec Robert Bigelow dans les années 1990, avance une théorie dite du contrôle : des intelligences extérieures contrôleraient l’organisation de ces vagues. Ainsi, cette intelligence apprendrait progressivement à l’Homme sa présence et ses connaissances. D’après la méthode dite de l’apprentissage espacée dans le temps, il y aurait un facteur mathématique permettant d’optimiser l’assimilation de la connaissance à l’échelle de l’individu, sans qu’il y dépense trop d’énergie. A travers des calculs mathématiques, on constate que cet apprentissage suit alors une loi de puissance de 2. Cette logique se retrouve et s’applique dans les vagues d’observation depuis 1947. Elles sont très précisément reliées à une loi de puissance en 2,04 exactement. Par projection, cela voudrait dire que la prochaine vague aurait lieu à l’automne 2035 !

© Travaux de Michaël Vaillant, 2015

  • Une course effrénée pour la technologie ?

Quand un incident apparaît, le premier réflexe est déjà de chercher une cause endogène. A la diffusion des images de l’US Navy, on peut légitimement se poser la question de la découverte d’un programme secret. Si secret qu’il serait même inconnu de la marine américaine ? C’est possible et de nombreux cas peuvent en attester dans l’histoire américaine. Dans une logique de cloisonnement et de besoin d’en connaître, différentes branches de l’appareil sécuritaire américain ont mené durant de nombreuses années des Black Projects comme la CIA ou l’US Air Force. Plusieurs sont devenus célèbres comme le projet MK-Ultra de manipulation mentale ou de nombreux aéronefs tels que le U-2, le B-2 Spirit, le SR-71 Blackbird ou encore le F-117 Nighthawk. Ce dernier, développé et donc testé, à la fin des années 1970 n’a été reconnu officiellement par l’US Air Force qu’en 1988. Il est donc tout à fait probable, encore aujourd’hui, que des programmes « top secret » financés sur fonds secrets, connus d’une poignée de hauts responsables et de quelques industriels, puissent être ignorés par une branche de l’armée américaine et connus du public avec 15 à 20 ans de décalage. A noter que les manœuvres du Groupe aéronaval d’attaque USS Nimitz de 2014 se trouvaient dans une zone d’exercice proche de la base aérienne Vandenberg. Cette dernière est utilisée pour le lancement des satellites, le tir de fusées-sonde et les tests de missiles balistiques. 

Lors des révélations de décembre 2017, la Defence Intelligence Agency déclassifie un document suite à une demande de Freedom of Information Act présentée par Steven Aftergood, directeur du projet sur le secret gouvernemental de la Federation of American Scientists. Dans ce dernier, on y découvre une liste de 38 sujets de recherches qui donnent une idée des pistes envisagées par le Pentagone pour expliquer les phénomènes observés. Beaucoup semblent relever de la science-fiction : « Métamatériaux », « Trous de ver, portes des étoiles et énergie négative », « Antigravitation pour les applications spatiales », « Distorsion, énergie noire et manipulation des dimensions multiples », « Approches technologiques pour le contrôle de dispositifs externes en l’absence d’interfaces actionnées par des membres », « Masquage d’invisibilité » ou encore la « magnétohydrodynamique (MHD) ». 

Compte-tenu du caractère ultra-sensible de ces technologies, on peut se poser la question de l’objectif pour l’armée américaine de révéler ces thèmes de recherche, au-delà d’une opération de transparence qui alimenterait certainement un dessein supérieur.  

  • Des missions d’espionnage de puissances étrangères ?

Paradoxalement, la MHD est une technologie loin d’être méconnue, notamment en France. En effet, depuis les années 1970, Jean-Pierre Petit, ancien directeur de recherche au CNRS et astrophysicien y a consacré de nombreuses recherches[22] et plusieurs ouvrages.[23] Il développe la théorie selon laquelle les Américains maitriseraient depuis de nombreuses années la MHD grâce au rétro-engineering effectué sur des ovnis récupérés à la fin des années 40. Ces travaux auraient donné naissance à des programmes secrets comme le « XR-7 Aurora »[24] que l’on soupçonne d’être à l’origine de la vague d’observations en Belgique en 1989[25]. Pour rester les seuls à la maîtriser, les Américains auraient tout fait pour discréditer le phénomène OVNI afin de garder leur avance sur les Chinois mais surtout sur les Russes. Ces derniers auraient malgré tout réussi à développer de telles technologies.

Comme ce fut le cas au temps de l’affrontement des deux blocs, la menace soviétique a souvent était le chiffon rouge idéal pour les Américains et inversement. Serait-ce possible encore aujourd’hui ? Les Chinois ou Russes sont-ils capables de maitriser une technologie à même de déstabiliser autant les États-Unis ? Alain Juillet, ancien directeur du renseignement de la DGSE et président de l’Académie de l’intelligence économique en doute. « Les Américains ont longtemps pensé que les Soviétiques puis Russes étaient derrière les ovnis pour nous espionner. Si c’était un de ces grands pays, États-Unis, Russie, Chine, depuis le temps nous aurions eu des fuites. Or il n’y a rien eu. Personnellement je n’y crois pas, je pense que c’est autre chose. »[26]

La vérité est-elle ailleurs ?

Sommes-nous face à un retour de la course à l’armement comme aux plus belles années de la Guerre Froide ou faut-il penser au-delà ? Pourquoi encore tant de secret ? Serait-ce la peur de l’inconnu, l’incapacité pour un gouvernement d’assumer le fait de ne pas savoir et de provoquer la panique de sa population ? Serait-ce une menace ou une opportunité pour notre civilisation ? Il y a plus de 30 ans, Ronald Reagan, Président des États-Unis d’Amérique, avait abordé la question lors d’une intervention devant l’Assemblée générale de l’ONU le 21 septembre 1987. A l’occasion d’un discours sur la paix et tensions croissantes en pleine Guerre Froide, il prononça ces mots devant l’ensemble de la communauté internationale : « La vraie diplomatie ne requiert pas seulement des compétences, mais quelque chose de plus grand. […] Peut-être avons-nous besoin de menaces extérieures universelles pour nous faire reconnaître ce lien commun. Je pense parfois à la rapidité avec laquelle nos différences à l’échelle mondiale disparaîtraient si nous faisions face à une menace extra-terrestre venant de l’extérieur de ce monde. Et pourtant, je vous le demande, une force extra-terrestre n’est-elle pas déjà parmi nous ? Qu’est-ce qui pourrait être plus étranger aux aspirations universelles de nos peuples que la guerre et la menace de guerre ? »[27]

Désormais, le phénomène étant trop visible, le secret est de plus en plus compliqué à sauvegarder, il n’y aurait plus d’autre choix que de l’accepter. Accepter qu’une civilisation beaucoup plus avancée que la nôtre puisse venir nous rendre visite, nous observer telles des fourmis. Cette « fuite » d’images d’ovnis, consentante ou non, de par leur reconnaissance officielle par l’armée américaine marque un tournant dans l’Histoire. Un processus est-il désormais en marche pour faire accepter à notre civilisation l’existence d’une civilisation intelligence exogène à la terre ? 

Sommes-nous seuls ? Sommes-nous les plus avancés ? A ces questions, il n’est pas certain que nous soyons capables de comprendre les réponses ni même de vouloir les entendre. Il le faudra pourtant le moment venu quitte à remettre en question de nombreuses croyances. Comment nos sociétés réagiraient-elles ? Quels seraient les impacts philosophiques ? Le rapport aux religions changerait-il ?

Imaginez un homme préhistorique à qui l’on aurait donné un smartphone. Quelle aurait-été sa réaction ? Il l’analyserait à l’aune de sa connaissance, c’est-à-dire comme un nouveau caillou, et passerait ainsi à côté de nombreuses informations et usages. Serait-il fasciné ? Apeuré ?

Une éventuelle rencontre du troisième type serait également un rappel à l’humilité pour l’espèce humaine. Notre vision anthropocentrée de l’Univers biologique est une lecture très risquée si un jour elle venait à être remise en cause. Au moment de réfléchir à la possibilité d’une civilisation extra-terrestre, notre grille d’analyse ne devrait pas uniquement être notre savoir scientifique mais également notre imagination.

Nous vivons dans un monde où il est normal et socialement accepté de dire que l’on croit en Dieu sans que l’on exige de démontrer son existence. Pour autant, dès lors que l’on parle du phénomène OVNI, les « croyants » sont moqués, mis en marge d’une société qui leur demande des preuves irréfutables. « Des affirmations extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires » disait Carl Sagan. L’heure de la grande révélation serait-elle proche ? Rendez-vous en 2035 ou peut-être avant…


[1] https://www.nytimes.com/2018/08/03/science/UFO-sightings-USA.html

[2] Maj. Gen. John A. Samford’s Statement on « Flying Saucers », Pentagon, Washington, DC, https://www.youtube.com/watch?v=4-MbGYAv7Cg

[3]En 2016, la CIA déclassifie plus de 12 millions de documents dont certains concernent des notes de renseignement et archives sur les phénomènes OVNI : https://www.cia.gov/library/readingroom/collection/ufos-fact-or-fiction

[4] https://www.history.com/news/chris-mellon-ufo-investigations

[5] https://www.vice.com/en_us/article/zmbj33/the-professional-ufo-skeptic-who-believed-in-aliens

[6] http://web.archive.org/web/20130408232630/http://www.ufoevidence.org/documents/doc757.htm

[7] https://www.cufon.org/cufon/hynekint.htm

[8] https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_classification_de_Hynek

[9] http://www.cnes-geipan.fr/?id=196

[10] https://www.amazon.fr/OVNI-d%C3%A9fense-quoi-doit-pr%C3%A9parer/dp/2290350001

[11] https://edition.cnn.com/videos/us/2019/05/29/pilots-speak-out-on-ufo-sightings-jeanne-moos-ebof-vpx.cnn

[12] https://www.nytimes.com/2017/12/16/us/politics/pentagon-program-ufo-harry-reid.html

[13] Documentaire « Ovnis, une affaire d’Etats », 2019, Diffusé sur Planète + en avril 2020

[14] https://www.politico.com/story/2019/04/23/us-navy-guidelines-reporting-ufos-1375290

[15] https://www.mufon.com/directors-message/may-2018-luis-elizondo-to-keynote-symposium

[16] « Searching for life among the stars », Pr. Abraham Loeb, Harvard, 2018 

[17] http://adsabs.harvard.edu/full/1975QJRAS..16..128H

[18] https://www.youtube.com/watch?v=VgziDyPSUog

[19] https://www.history.com/news/ufos-near-nuclear-facilities-uss-roosevelt-rendlesham

[20] « Ovnis, une affaire d’États », 2019, Diffusé sur Planète + en avril 2020

[21] « Spatial Point Pattern Analysis of the Unidentified Aerial Phenomena in France »,  Thibault Laurent, Christine Thomas-Agnan, Michaël Vaillant, 2015 : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01187046/document

[22] https://www.jp-petit.org/science/mhd/mhd_fr.htm

[23] « Ovnis et armes secrètes américaines », PETIT Jean-Pierre, Ed. Albin Michel, 2003

[24] https://fr.wikipedia.org/wiki/Aurora_(avion)

[25] https://www.rtl.be/info/belgique/faits-divers/il-y-a-30-ans-une-vague-d-ovni-creait-l-emoi-en-belgique-je-ne-crois-pas-que-je-le-reverrai-dommage-video–1177565.aspx

[26] « Ovnis, une affaire d’États », 2019, Diffusé sur Planète + en avril 2020

[27] https://www.c-span.org/video/?c4745885/user-clip-reagan-1987-speech