Prix Liotard

C’est en 1948 que le nom de Liotard a été donné à notre grand prix de l’exploration décerné par le Président de la République sur proposition de notre comité directeur. Ce prix récompense une expédition – “ Le voyage où s’allient le risque et la recherche scientifique, réalisée par un ou plusieurs jeunes.” – l’esprit d’exploration et d’étude. Il perpétue le souvenir de Louis Liotard, ethnologue et géographe disparu tragiquement le 10 septembre 1940, tombé sous les balles d’une bande de pillards Ngolos (Goloks) lors d’une expédition au Tibet.

Une première expédition en Asie Centrale avait eu lieu entre 1930 et 1937. André Guibaut et Louis Liotard, chargés de mission par le ministère de l’Education Nationale atteignirent le Tibet par une voie nouvelle, le cours supérieur de la Salouen.
En 1940, ils repartent tous deux pour le Tibet par l’est vers le pays des Ngolos. Le 10 septembre, l’expédition composée de 6 hommes et une dizaine de yacks s’apprête à franchir un col. Guibaut est en tête, Liotard ferme la marche. Tout est calme, Liotard annonce l’altitude du col : 4 950 m quand soudain un coup de feu claque puis une véritable fusillade, c’est l’embuscade, la caravane est séparée. Guibaut réussit à fuir avec des Tibétains blessés. Aucune nouvelle de Liotard, vraisemblablement poursuivi par les pillards. Seuls les bagages seront récupérés quelques mois plus tard par un missionnaire chinois.
André Guibaut restera fidèle à notre association où il viendra souvent jusqu’à sa disparition. A chaque fois que nous remettons ce prix, nous rendons hommage à Louis Liotard, son nom reste un exemple pour tous, nous maintenons la tradition depuis plus de cinquante ans. Tous nos camarades qui ont mérité cette distinction sont des scientifiques, des aventuriers, des sportifs, des artistes, cinéastes ou journalistes, chacun d’entre eux dans leur discipline et sur tous les continents.
Attributions du Prix Liotard depuis 1948
2004 – Luc-Henri Fage pour ses découvertes de peintures rupestres à Bornéo
1998 – Patrice Franceschi, pour ses trois expéditions en Nouvelle-Guinée et l’approche d’une tribu non répertoriée.
1992 – Philippe Frey, qui a effectué la première traversée Est-Ouest du Sahara.
1990 – Jean-Louis Etienne, qui a accompli la première traversée à skis Est-Ouest du continent antarctique avec une équipe internationale, notamment dans le but de sensibiliser l’opinion au devenir de ce continent.
1988 – Patrick Baudry et Jean-Loup Chrétien, qui ont été les deux premiers Français dans l’espace, le premier avec une mission américaine en 1985 et le second avec des missions soviétiques en 1982 et 1988.
1977 – Christian Kempf, Anne Piantanida, Xavier Harmel et Benoît Sittler, qui ont effectué une expédition en Alaska et au Groenland, axée sur la géographie, les sciences naturelles, l’ornithologie, et surtout sur la « biogéographie animale des régions froides ».
1975 – Maurice et Katia Krafft et Roland Haas, qui ont effectué, dans le cadre de l’équipe Vulcain, des travaux sur les principaux volcans d’Europe, du Zaïre et d’Indonésie, spécialement sur l’étude des gaz, des eaux thermales, des roches et des températures.
1969 – Jean-François Le Mouël, qui a effectué une mission de deux années sur la côte ouest du Groenland parmi les « 36 Eskimo de l’Ile aux Mouettes », axée sur l’écologie humaine et l’étude globale d’un territoire de chasse.
1965 – Michel Brunet et Pierre Vidal, pour leurs recherches ethnologiques et sociologiques sur les populations Ghaya-Kara en République Centrafricaine pendant quatre ans dans la région de Bouar.
1963 – Gisèle Hyvert, qui a effectué deux missions au Cambodge en 1961 et 1963, chargée d’étudier les dégradations des monuments khmers et de faire l’expérience des traitements de protection des pierres. Elle a également réalisé des enquêtes ethnographiques au Cambodge.
1962 – Corneille Jest, qui a passé quatorze mois au Népal à 4 600 m d’altitude dans un village de culture et langue tibétaine d’où il a rapporté de très nombreuses photographies, documents ethnobotaniques, insectes et fossiles, et enregistrements sonores.
1961 – Igor de Garine, qui a effectué des travaux de recherche chez les Massa du Logone (Nord Cameroun), d’où il a rapporté des fiches ethnographiques, un herbier, 300 objets pour le Musée de l’Homme et 2000 photographies.
1960 – Michel Brézillon, Jean Lesage, André Vila, Jacques Violet, tous les quatre membres des missions Henri Lhote de préhistoire au Sahara (relevés de gravures et peintures rupestres).
1958 – Louis Girault, qui a effectué des études d’ethnographie, de musicologie et d’archéologie en Bolivie et mis en place un inventaire de la flore de l’Altiplano.
1957 – Claude Collin Delavaud, qui a effectué avec deux compagnons une importante mission de géographie humaine en Afghanistan 1956 – Simone Dreyfus-Roche, qui a rapporté du Brésil, et en particulier du Rio Xingu, une série d’enregistrements sonores de grande qualité pour le Musée de l’Homme.
1955 – Lucien Demesse, qui, avec Goudeau et Huchin, a organisé une mission chez les Pygmées Babinga du Moyen-Congo.
1954 – Jean-Claude Berrier et Denizet, qui, avec quelques camarades, ont effectué une intéressante traversée du Tibesti et ont rapporté d’Ethiopie des films et documents de valeur.
1953 – Jean Laporte, pour les deux voyages au cours desquels il réalisa la première descente complète du Nil en canoë, au prix des plus grandes difficultés.
1952 – Dominique Darbois, Francis Mazière et Wladimir Iwanow, qui, poursuivant des études sur la Guyane Intérieure, en on rapporté un film d’une exceptionnelle beauté.
1951 – Guy de Beauchêne, effectue une méharée de plus de 300 kilomètres dans le Sahara occidental, où il a effectué de fructueuses recherches de préhistoire et d’archéologie.
1950 – José Emperaire passe vingt-deux mois dans les Archipels de Magellan, au milieu des Indiens Alakalufs.
1949 – Maurice et Jeannette Fiévet : trois années en Afrique pour réaliser peintures et photographies sur les peuples Kaleris.
1948 – Jean Rouch, Pierre Ponty et Jean Sauvy descendent le fleuve Niger.

Comments are closed.