Conférence du jeudi 4 mai : « Paul Watson, L’oeil du cachalot » de Bruno Vienne

 Jeudi 4 mai 2017

Société de Géographie, 184 Bd St Germain, Paris 6e, amphithéatre au rez de chaussée

Projection ouverte à tous, sans réservation

« Paul Watson, L’oeil du cachalot »

Un portrait du « Berger des Mers »

un film de Bruno Vienne et N. Calestreme, 52’ Mona Lisa Productions
(Tournage Canada, Shetland, îles Féroé, Galápagos), France 3.

 

Paul Watson Notre-planetePaul Watson, Photo Notre-Planete

Paul Watson, ancien membre de Green Peace, a fondé « Sea Sheperd Conservation Society » en 1974 pour préserver les espèces marines. Controversé, cet éco-guerrier consacre sa vie à sauver les cétacés menacés par le biais d’opérations musclées.
Sur son bateau, le «Sea Shepherd» (le berger des mers), Paul Watson entouré de quelques hommes chevronnés, s’oppose à la destruction de nombreuses espèces animales. C’est un protecteur agissant des baleines, des dauphins et des requins.

P Watson GlissespiritPhoto Glissespirit

A l’actif de Paul Watson,
 une dizaine de baleiniers coulés…. En 1974, ce militant écologiste s’interpose entre un
 cachalot et un baleinier, sur son petit zodiac ! Dans les embruns et le sang, il capte le 
regard de l’animal touché à mort. Depuis, cet infatigable Canadien 
se bat pour sauver les espèces en danger. Ses armes fétiches : les 
canons à eau et les médias. Notez qu’aucune de ses actions n’a
 fait de victimes. «Je suis du bon côté. Ce sont les autres les
 méchants» annonce Watson haut et fort.
  Amoureux fou
 de nature, il est également un homme de conviction et de bon 
sens. A ce titre, il n’a pas hésité à mettre sa fortune personnelle 
au profit de la défense des cétacés. Watson, porté par ses idées, aborde, sabote et coule les navires !
 En effet, pour se faire entendre, ce Don Quichotte utilise des 
méthodes brutales : épaulé par un équipage de 40 marins, il mène de
 véritables opérations commandos pour s’opposer avec force au
 massacre des baleines. Pour ce bagarreur entêté, l’avenir de la
 planète représente une priorité essentielle.
 »Les baleiniers ne comprennent que la force. J’ai choisi l’a
ction directe, la seule que les braconniers redoutent. C’est le
 patrimoine de l’humanité qu’il s’agit de préserver, les activistes 
de l’environnement peuvent être considérés comme des hors-la-loi
 par les autorités. Pour les autorités du futur, celles de nos
 enfants, ils auront été les défenseurs de la vie. Je ne vois pas pourquoi il serait 
anormal de risquer sa vie pour protéger des baleines. Après tout,
il y a beaucoup de gens qui sont prêts à mourir pour leurs 
convictions».

Paul Watson Getty 1Photo Getty Images

Les premières images nous montrent Watson à bord de son navire, en 
campagne contre le massacre des baleines. Chaque année, elles
 reviennent le long des îles Féroé. Au mépris des lois de protection 
internationales, elles y font l’objet d’un massacre affreux.
Traqué comme un terroriste par les forces de police, dont celles 
du Japon et des îles Féroé, Watson soutient aussi les gardes 
forestiers. Particulièrement dans les îles Galapagos.
 Des bébés phoques aux sauvetages d’oiseaux et de mammifères
 englués par les marées noires, ce pirate vert cumule les missions 
sans faiblir et ne cesse de s’interroger : à quoi ressemblera le
 monde de demain ?

 

This entry was posted in Conférence and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.